En chemin…
Vers l’inaccessible étoile
Accueil Témoignages Photos conseils lectures Contact

Parmi ceux qui font le Chemin, on retrouve toutes les configurations.

Je me souviens avoir rencontré à Valencogne (Isère), un couple qui faisait un bout de chemin chaque week-end.

Au niveau de la logistique, ce n’était pas le top : Un ami les accompagnait pour laisser leur voiture à l’arrivée prévue puis les ramenait au départ. Plus ils s’éloignaient de leur domicile, plus cela devenait compliqué et long.


A mon humble avis, même si leur intention était louable (aller sur le Chemin malgré le travail le reste de la semaine), cela ne représente vraiment pas l’idéal pour s’imprégner du Chemin.


D’autres, certainement les plus nombreux, partent du Puy en Velay et s’arrêtent à Conques… ou avant…

Certes, ils parcourent là un des plus beaux tronçons de la Via Podensis et commencent à s’imprégner de l’esprit.

Mais ils s’arrêtent alors que leur corps (et les jambes en particulier) a fini son « rodage »… dommage.


Autre remarque : les pèlerins d’antan n’avaient pas le train ou la voiture pour aller au Puy : ils partaient de chez eux.

Aujourd’hui, pour aller au Puy, il y a  notamment un chemin balisé qui part de Genève et même de bien avant (Autriche). De nombreuses bretelles ont été créées pour se raccorder à ce chemin Genève-Le Puy.

L’esprit est donc bien de partir de chez soi. Comme un abandon de ses habitudes, de son confort, de ses soucis. Tout laisser derrière…

Certains, partis du Puy et arrivés à Compostelle, complètent en faisant le parcours de chez eux au Puy. C’est un peu lire l’introduction après avoir lu le reste du livre !!!

Tant qu’à faire ce parcours linéaire, autant le faire dans l’ordre, non ? Cela respecte l’ordre physique mais aussi le cheminement qui se fait aussi (et surtout) dans la tête…


Pour ma part, je suis parti de chez moi pour m’arrêter au Puy. Raison réelle : je ne savais pas si je serais capable de tenir la distance. Le mois suivant, je suis reparti du Puy jusqu’à Conques, et 3 ans après j’ai fait le reste : Conques-Compostelle.


En arrivant à Compostelle, j’ai eu un immense regret, celui de ne pas être parti directement de chez moi, CAR CELA EST FAISABLE PHYSIQUEMENT.

Alors, si vous avez le temps ou si vous pouvez le prendre, partez de chez vous et filez tout droit sur Compostelle, c’est génial…


Faire le chemin par tronçons  ou en entier ?

St Jacques à Valencogne (Isère)